Toussaint en Corse

Publié le par Nicole

Il est vrai que nous sommes rentrés il y a bientôt 15 jours mais l'atterrissage a été un peu brutal et nous reprenons à peine nos esprits. De plus, nous avions emprunté un appareil numérique (merci Clo!) et il a fallu maîtriser la gestion d'images, la prochaine fois ça ira plus vite, le rodage sera fait!

 

Dominique, qui était parti deux jours d'avance a pu faire une trés belle ballade au lac de Melo, dans la Restonica. Pas de tucages, je vous assure, c'était sa première photo, alors!

Nous nous sommes retrouvés au petit matin à Bastia, lever de soleil sur la baie toute alanguie puis, après un petit tour dans la citadelle ...

 Nous avons pris la route de la Castaniccia, merveilleuse dans les couleurs de l'automne, nous avions les yeux écarquillés par la beauté des paysages: cascades, sous-bois lumineux, jeux de soleil dans les feuillages, vaches paisibles broutant.... la route! On ne va pas vite, trente kilomètres à l'heure tout au plus: ça tourne, on s'arrête tout le temps pour s'emplir le regard.

On a ramassé des chataîgnes, déjeûné sur une terrasse-belvédère, chez un restaurateur très inventif et manifestement désireux de nous étonner (il y est arrivé!)  et goûté l'eau ferrugineuse des sources d'Orezza.

Nous avons dormi près de La Porta chez une délicieuse mamy qui nous a raconté plein d'histoires, puis repris la route vers la Balagne.

Un petit tour chez le meunier, pour la farine de chataîgne et le miel, dans ce village nid-d'aigles:

                                                                                                                                                                                                            

LES LUMIERES DE LA CASTANICCIA

Nouvelle route, dans le maquis, cette fois, plus sec, plus brûlé aussi malheureusement. rencontre avec un Papy qui faisait du stop pour se distraire, visite du couvent où a été couronné le seul roi de Corse, puis descente vers la mer traversant plein de villages accrochés à la montagne, dans les oliviers, les cédrats, les grenadiers, eucalyptus et autres essences de paradis. Jusqu'à  l'Ile Rousse où nous sommes arrivés pour le coucher de Soleil:

en nous retournant:

Après avoir traversé Saint Florent de nuit, nous avons dîné et dormi a Nonza, la nuit était tiède, par la fenêtre ouverte on entendait la mer sans la voir.

Et pourtant au matin:

 elle était bien là....

 

Nous avons continué notre petit train tranquile, entre ciel et mer, odeurs puissantes d'immortelles et de myrthes, contrastes, scintillements, à-pics (et très peu de barrières de sécurité!), l'Eden, et d'ailleurs  en voici un exemple:

 Moi, je signe tout de suite....

 

Ensuite nous avions programmé une grande ballade sur le chemin douanier tout au bout du cap, ça a commencé par ça:

 la Giraglia , avec son phare bien connu des marins, photo garantie sans trucage, en plus l'eau était chaude, il y avait plein de baigneurs.

 

Nous avons marché dans le maquis embaumé, le bruyères surtout, mais aussi romarins, arbousiers (qui ne sentent rien mais sont si jolis portant leurs clochettes avec leurs fruits). Paysage de dunes et de genevriers tourmentés, puis prés verts avec des vaches (l'Irlande sans les cornemuses!). une ballade surprenante, avec la nature pour nous seuls!

nous seuls... et une tour génoise.

 

Nous avons ensuite passé une soirée très agréable à Porticciolo, chez une native intarissable sur son pays, et qui nous a beaucoup appris. Le dernier jour nous a vus sillonner le Cap côté Est, visiter Luri et un étonnant jardin botanique, ramasser des cyclamens sauvages dont les fleurs fragiles tapissent tous les sous bois de Corse, et retourner doucement flâner dans les rues du Vieux Bastia, très attachant et  faisant penser parfois à Naples.

Un dernier regard depuis la jetée

... et puis nous avons repris le bateau pour Toulon, le coeur brûlant et les yeux pleins d'images. on nous l'avait dit (merci Jeanne, Ghiulia, et les autres), que la Corse est un pays spendide, et on le croyait pour l'avoir plusieurs fois caressée en bateau, mais la réalité nous a laissés émerveillés. Les Corses (on en dit des choses sur les corses!) adorables et si détendus, vraiment, le stress n'existe pas là bas, et pour nous cet art de vivre n'a pas de prix (pour eux aussi je pense!)

On reviendra!

Publié dans font.fouelo

Commenter cet article

Mamacorsica 25/11/2005 10:48

l'attente largement récompensée...quel reportage ! ne manquait que le parfum du maquis...je suis heureuse que tu aies pu rencontrer la CORSE la vraie ! je voulais mettre un commentaire dans le blog mais pas réussi !! félicitations compte rendu réussi
j'ai vu les photos "scouts de france"nostalgie de ma jeunesse, mes filles ont quitté il n'y a pas longtemps...nous avons trop voyagé...
à bientôt la prochaine "giraglia" cordialmt GHJULIA

Clochette 15/11/2005 19:14

Ben moi je signe aussi crois moi !!! La prochaine fois c'est sur on vous accompagne !!! Je commençais a desesperer de voir votre épopée Corse à l'affiche, mais ouf enfin nous y voilà et ça valait la peine d'attendre...
Les Photos sont merveilleuses surtout la première (bravo Domi) et la dernière !!!!
On se tel très vite pour se concocter un petit truc si ça vous dit, mais malheureusement dimanche nous sommes pris nous fetons l Anniversaire de maman en famille, donc pas de sortie champignonesque pour nous...
Nous pensons venir dés vendredi soir chez papa et maman alors peut etre pourrons nous boire un petit thé ou nous voir dans le week end ???
Bisous les amis et on se tel :-o