La grive: le retour

Publié le par Boutrolle

Maintenant, ça fait un an que j'ai créé mon entreprise, ça a l'air de rouler, je m'organise...
Je vais essayer de reprendre ce blog, non pas où je l'avais laissé (il y aurait trop de choses à dire...) mais ici, aujourd'hui.

Pour commencer, et pour me faire pardonner ce long silence, laissez-moi vous offrir ce très joli texte que vient de m'envoyer "soeur Flo" et que j'aime vous faire partager:

A mes sœurs de cœur qui m'ont à un moment ou à un autre de ma vie aidé de leur amitié, de leur sourire, de leur écoute, de leur gentillesse, de leur simple  présence, de leur regard, de leur affection ou de leurs paroles, parfois sans même le savoir peut être, j'envoie ce petit conte et je dis : MERCI !

 Conte marocain :


      Par une journée chaude et humide, une jeune épouse en visite chez sa
mère, buvait un thé glacé.Alors qu'elles parlaient de la vie, du mariage, des
responsabilités et obligations de la vie d'adulte, faisant tinter  les
glaçons dans son verre, la mère pensive jette un regard franc à sa fille.
 « N'oublie pas tes sœurs! », lui lance-t-elle en faisant tournoyer
 les feuilles de thé vers le fond de son verre. Avec le temps, elles
deviendront plus importantes.
 Peu importe combien tu aimes ton mari, les enfants que tu auras, tu
 auras toujours besoin de tes sœurs. Visite occasionnellement des
endroits  avec elles et fais aussi des activités avec elles. Souviens-toi que
sœurs    veut dire Toutes les femmes : amies, filles et toutes les femmes
 apparentées. Tu auras besoin d'autres femmes. Les femmes en ont
toutes besoin. »
 La jeune femme pensa « quel étrange conseil   ! Je viens tout juste de
 me marier, de joindre le monde des couples. Je suis maintenant une
femme  mariée, sûrement une adulte, mon mari et la famille que nous aurons
seront  tout ce dont j'ai besoin pour donner un sens à ma vie! »
 Mais elle suivit le conseil de sa mère.
 Elle garda le contact avec ses sœurs et s'est fait de nouvelles
 amies chaque année.
 Alors que les années passaient, elle réalisait graduellement que sa
 mère savait très bien de quoi elle parlait. Alors que le temps et la
nature changent, la femme, les sœurs deviennent un soutien dans sa vie.
 



  Après plus de 40 ans de vie, voici ce que j'ai appris.
 Et ça dit tout :   

 - Le temps passe.
 - La vie se déroule.
 - La distance nous sépare.
 - Les enfants grandissent.
 - Le travail va et vient.
 - L'amour va et vient.
 - Les hommes ne font pas ce qu'ils devraient.
 - Les parents meurent.
 - Les collègues oublient les faveurs reçues.
 - Les carrières prennent fin.

 MAIS . . .
 Vos sœurs sont là, peu importe le temps et la distance entre vous.
 Une amie n'est jamais plus loin que le besoin que tu as d'elle. 
 l orsque tu dois cheminer dans la longue vallée solitaire, les sœurs de ta vie
seront là    pour t'encourager, elles prieront pour toi, t'accueilleront à
bras ouverts et marcheront à tes côtés. . .
 Amies, filles, petites-filles, brus, sœurs, belles-sœurs, mères,
 grand-mères, tantes, nièces, cousines et de familles élargies, toutes
sont bénies.
 Le monde ne serait pas pareil sans les femmes et moi non plus.
 Quand nous avons commencé notre aventure de femme adulte, aucune ne
 pouvait imaginer les joies ou les peines que nous allions rencontrer.
 Nous n'imaginions pas combien nous allions avoir besoin des autres.
 Chaque jour, nous avons besoin des autres.
 Passez ce message à toutes les femmes qui donnent du sens à votre
 vie.

Commenter cet article

Ben 20/03/2009 11:13

Toujours un plaisir de lire les jolis mots de ma grive de maman...Ben