DIALOGUES ...

Publié le par Boutrolle

...AVEC MON ­­­­­­­­­­JARDINIER LAVEUR DE VITRES

 


Depuis 8 ans c’est la même entreprise qui s’occupe de l’entretien des vitres du magasin. Ils sont 2 associés qui se relaient. Ils sont très différents : l’un, grand, originaire des Pays Bas (il a un léger accent), bavard et jovial, il m’entretien de la pluie et du beau temps (c’est important dans son métier !), des potins du quartier ; je l’aime bien, il est optimiste et gai.

L’autre, plus réservé, cache de fins yeux bleus sous une chevelure folle qu’il essaie de contenir dans un catogan.

Avec ce dernier, pendant qu’il s’applique, je prends mon quart d’heure philosophique du vendredi matin.

C’est un épicurien qui s’est retiré dans l’Aude (c’est plus facile quand on travaille une semaine sur deux) au contact de la nature, mais attention, ce n’est pas un hurluberlu de ceux qui partaient en 68 élever des chèvre dans le Larzac.

Dernièrement je lui ai parlé de mon émerveillement  devant l’expo de Yann Artus Bertrand:
           
            « 6 milliards d’autres ».

S’en est suivi une discussion sur l’image de l’Homme (avec un grand H), sur une vision impressionniste de l’humanité à travers les questions existentielles que pose ce témoignage (l’expo).

Bon là c’était plus anthropologique que philosophique, je vous l’accorde mais si vous voulez qu’on parle philo voilà le dernier sujet sur lequel planche Damien (et nous aussi du coup !)

« Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité » Nietzsche.

 

Qu’en pensez vous ? Répondez vite car le devoir est à rendre pour le 12 juin !

Commenter cet article