HISTOIRE DE THES

Publié le par Boutrolle

Samedi dernier, j’avais envie de faire un dessert original, d’aspect et de goût. Je me suis souvenu que mon amie Nena (que vous verrez bientôt dans « des racines et des ailes ») m’avait conseillé le thé matcha (pour les néophytes –dont je ne suis plus depuis peu !- c’est du thé vert très finement moulu) pour sa belle couleur verte et  son goût si particulier.

 

 

Je suis donc allée chez le commerçant de produits fins de ma ville, qui vend les thés « Mariages » (les aixoises le connaissent, je ne le citerai donc pas : c’est celui où on trouve de tout, très cher et très mal aimable). Comme prévu, je suis accueillie par une personne qui me regarde de haut en bas quand elle m’aperçoit (j’adore, comme si mon look pouvait déterminer le chèque que je vais laisser !) et accepte de me guider vers le rayon des thés. Là une dame très au courant des produits, il faut l’avouer, me conseille.

 

 

Je me laisse tenter par une boîte de thé blanc (toujours « Mariages ») que j’avais vue sur le site et dont les buveuses de thé disaient grand bien.

 

 

Figurez vous que pour ces 2 boîtes fort jolies  mais fort légères (20 g de thé blanc et 180 g de matcha) j’ai payé un bras : pourvu que ça soit bon !

 

 

 

 

Dès que possible je me concocte une tasse de thé blanc : trèèèèèèèèèèèèèèèès déçue : ça a très peu de goût, le parfum (ici mauve) est infime, même en travaillant dans la subtilité, il faut chercher fort loin pour trouver une saveur à cette eau chaude.

 

 

J’ai essayé différentes quantités d’eau, de thé, différentes températures (eau bouillie ou frémissante) : ça ne change pas grand chose, c'est un peu miex en mettant une tonne de thé en vrac dans la théière. Jchuis ben décue, "pour l'coutaiement" dirait ma grand-mère normande !

 

 

 

 

Pour le thé matcha je suis bien plus contente, donc voilà la recette des verrines choco-matcha de la grive

 

 

 

 

Pour le fondant au chocolat :

 

 

400 gr de chocolat à cuire, 250 g de beurre, 4 cuas de sucre, 4 cuas d’eau, 4 œufs.

 

 

Mélanger le chocolat en morceaux, le sucre et l’eau et faire fondre (au bain marie pour les puristes, au M.Ondes pour les autres).

 

 

Une fois fondu y incorporer le beurre mou, puis les jaunes d’œufs.

 

 

Battre les blancs en neige ferme et les incorporer au mélange chocolat.

 

 

Comment c’est pas light ? où avez-vous vu que ça devait être light ? le fondant si c’est pas gras, ça fond pas !

 

 

Là, j’ai mis trois cuillères à soupe de fondant dans chaque verrine et j’ai mis au frais  quelques heures (il en reste beaucoup mais de toutes façon mes morfales ne se feront pas prier pour le manger).

 

 

Au dernier moment j’ai mélangé l’équivalent de 3 cuillères à soupe de fromage blanc (pas light non plus ! non mais !) par verrine (là j’ai dosé, vu le prix de l’additif et le fait que je n’étais pas sûre que mes fauves apprécient) avec une cuillère à café de matcha, 3 de sucre et un peu de lait pour obtenir la consistance voulue : crémeuse. J’ai fouetté, et réparti sur mes verrines, un cerneau de noix sur chacune et c’était bien beau.

 

 

En plus c’était bien bon, en effet on sent bien le goût du thé vert, un peu fumé, la couleur était superbe et le mélange des saveur avec le chocolat assez équilibré, le mélange des textures  étonnant mais la prochaine fois j’introduirai des gavottes écrasées pour un peu de croustillant.

 

 

 

Bon, bien sûr, je n’ai pas fait de photo, mais à titre de consolation voilà la photo de la boîte de matcha : il en reste encore beaucoup, je vais pouvoir refaire des créations ! Et puis elle est jolie, si j’essayais de pulvériser du thé vert au mixer, quand elle sera vide ? Affaire à suivre….

 

 

Publié dans font.fouelo

Commenter cet article

la grive 03/04/2007 18:21

merci beaucoup, Vesimeloni, pour ces informations pécieuses que je vais essayer de mettre en pratique.
Je bois beaucoup de thé sans sucre ni lait, mais il est très difficile en province de s'approvisionner en bon thé.
Je respecte les anglais, et ne voudrais surtout pas froisser mon amie Dominique, peut être simplement qu'ils n'ont pas les mêmes goûts que nous en la matière....
En provençal on dit: "espas bèu ço qu'es bèu, es bèu ço qu'agrado" traduction: n'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plait.
On peut je pense, remplacer beau par bon, ça marche aussi.

Vesimeloni 01/04/2007 00:39

De passage sur votre blog, je suis un peu désolée par cette mésaventure que vous contez à propos du thé.Je n'aimais pas le thé jusqu'à découvrir un marchand de thé qui a su me faire apprécier toute la finesse de cette boisson au point que j'en consomme quotidiennement avec grand plaisir depuis 10 ans.Je me permets juste de souligner un parallèle qui existe entre le vin et le thé : un aloxe-corton 1954 est à réserver à des papilles averties, eh bien, avec le thé, c'est un peu pareil... si l'on exclut la lie, donc Lipton et consorts, qui sont au thé ce que la Villageoise est au vin, on peut commencer avec un bon basique pour tous les jours, du type Grand Yunnan (thé noir de base délicieux, un incontournable), avant de passer à des produits plus "raffinés", lesquels subissent moins d'opérations de transformation, comme les thés verts ou blancs, et dont les arômes très subtils ne s'apprécient qu'après quelques années de dégustation, comme on prendrait un bon Côtes du Rhône standard avant de s'attaquer à la Côte-Rôtie ou aux Grands crus bourguignons.Il va de soi qu'au risque de froisser les britanniques, le lait est au thé ce que les crèmes de fruits (cassis, mûre) sont au vin : à réserver à des breuvages qui seraient imbuvables sans cet additif ;-)Quelques recommandations de base : eau non bouillante mais frémissante (sinon, la feuille de thé cuit avant de pouvoir infuser), respecter le temps d'infusion (surtout pour les thés verts !!! primordial), le thé correctement préparé n'est jamais amer, donc le sucre est facultatif, et le lait aussi, et concernant la quantité de feuilles, une cuillère à café bombée suffit pour une théière de 1,5L, on peut en mettre plus, mais à condition de s'en tenir au temps d'infusion minimal (3 mn, la plupart du temps).Bref ! même si Mariage Frères (pas "Mariages") fait son beurre avec des snobinards qui n'y connaissent rien et demandent d'un ton affecté "donnez-moi ce que vous avez de mieux" (vécu), cette maison a le mérite de proposer une gamme de thés de qualité. La prochaine fois, demandez un thé noir "basique", et vous serez sans doute moins déçue (et votre porte-monnaie en souffrira nettement moins) ! Plus tard, vous redécouvrirez avec plaisir ce thé blanc qui vous a paru si insipide...Une bonne adresse, pas snob : www.long-jing.comLes thés vendus dans les épiceries asiatiques sont en général de qualité assez médiocre, et les thés "à l'anglaise" le sont aussi (feuilles maltraitées ou broyées donc infusion amère), c'est pourquoi on y ajoute du lait pour adoucir l'amertume. Cela peut plaire à certains, mais les anglais n'ont pas l'apanage du "bon goût" en matière de thé. On boit de très bons thés dans les pays germaniques notamment, même dans des brasseries (ce qui est quasi-introuvable en France), et selon un acheteur-grossiste de la profession, c'est bizarrement en France que l'on trouve les meilleurs crus de thés de Chine (et non pas à Londres).Bonne chance dans vos découvertes, et j'espère que cette mauvaise expérience ne vous détournera pas durablement du plaisir de boire du thé :-)

Clochette 19/03/2007 17:41

Oui en effet Dominique nous donne ici une belle leçon un soupçon effront-thé !!!
Quant à ton article je ne deplore que deux choses, de ne pas avoir été là pour dégus-thé tes verrines, et que tu ai oublié les photos !!!
Gros bisous à toute la Tribu

la grive 18/03/2007 18:35

Merci bien Dominique, pour ces leçons de thé "authentique". C'est vrai que le thé que tu ramenais de Londres était fameux, en trouves tu du bon au Luxembourg?
En tous cas tu as bien raison quant au snobisme, maintenant, je crois que je ne me ferai plus "couilonner" comme on dit ici!
Pour preuve: je vais demain avec Anna Panika chez le Tang de chez nous, et je compte bien faire provision de "vrai" thé.

Dominique Jones 18/03/2007 12:33

L\\\'anglaise que je suis est déjà complètement convaincue d\\\'une chose: vous les Français buvez des thés "chics et chers" type "Mariage Frères". Je vous accorde que les boîtes sont jolies, mais franchement vous vous faites avoir. La plupart de ces thés n\\\'ont que peu de goût: ils ne valent pas un bon vieux thé PG Tips ou Tetley, bien fort et bien goûteux payé trois fois rien dans un supermarché anglais et qu\\\'on boit avec du lait! Ca c\\\'est du vrai thé ,revigorant et sain. Tous vos thés sophistiqués sont des effets d\\\'un snobisme que je ne peux pas comprendre. J\\\'accepte juste la possibilité de boire quelques autres thés authentiques et non trafiqués par des arômes plus ou moins chimiques: le Lapsong souchong chinois, à boire sans lait et le thé vert japonais! (Sencha). Même l\\\'Earl Grey est un thé pour néophytes parfumé à la bergamote! Préférez des thés indiens plus ou moins forts.: Darjeeling Assam, Orange Pekoe.Enfin, si vous vous convertissez au thé à l\\\'anglaise, voici comment le préparer. Faites boullir de l\\\'eau dans la "kettle" (bouilloire), verser un peu d\\\'eau chaude au fond de la théière et vider, mettre Une cuillère à café de thé par personne plus une pour le pot, verser l\\\'eau très chaude et laisser infuser. Toujours donner un petit tour avec une cuillère avant de servir.  Verser le lait en premier dans la tasse, ou mieux dans un "mug" (ce n\\\'est pas la version snob ,mais la manière populaire de s\\\'y prendre. Pourtant, l\\\'immense avantage de mettre le lait en premier, c\\\'est que le thé tache moins la tasse.) Verser le thé par dessus et dégustez bien chaud! PLus il fait chaud dehors plus le thé est agréable, il vous donne une impression de fraicheur!Dominique Jones  épouse Picherit