BILAN DE SEPTEMBRE...

Publié le par Boutrolle

Y a-t-il un parachute dans septembre ?
Non parce que j’aimerais bien atterrir, j’ai l’impression de voler à la vitesse supersonique depuis la fin des vacances !
Enfin, nous avons fêté nos 25 ans de mariage dans la joie et la bonne humeur, ce fut un moment très fort d’amitié, lumineux, chaud (même le temps était doux).

                                           

Dans la foulée (je n’exagère pas : quelques heures seulement) je suis partie installer notre Benoît à St Malo. On a beau savoir qu’il est parfaitement heureux, dans ce cadre et dans son projet (la Marine Marchande), c’est quand même un déchirement de se séparer de nos têtes blondes, même si c’est de son âge, c’est passé si vite… un peu de blues quand même…
Le WE suivant le même Ben a fêté ses 18 ans avec ses amis, c’était aussi un peu une fête d’adieu… re-snif ! Notez que nous, ce soir là on était SDF, chassés de chez nous, heureusement qu’on a des copains sympas qui nous ont accueilli !
Puis on a remis Ben dans le train… (ça fait beaucoup de départs ça !).
Et on a embrayé sans délai sur l’emménagement de Guillaume à Marseille : physique, le 5° étage d’un immeuble ancien (vous savez ceux dont les marches deviennent plus hautes au fur et à mesure que l’on monte…). Encore un départ, moins loin, mais pas plus facile…
Du coup on se retrouve à trois à la maison, Dam qui se demande comment ça va se passer, le Merle qui s’inquiète…
Alors on est tombés malades : grippe+ gastro+ mal aux dents.
 
Vous allez rire : Le merle a une dent de sagesse qui le travaille. De là à dire que la sagesse arrive avec le départ des enfants….
 
Bon vivement octobre qu’on se pose !

Publié dans font.fouelo

Commenter cet article

Dominique Jones 08/10/2007 01:03

Courage! On se fait très bien au départ des enfants. Des séances de cinéma ou des spectacles à deux, une petite visite par-ci par-là! Le pli est vite pris d'autant qu'en général, eux sont ravis d'être loin, attendant avec impatience de pouvoir se tester ou tout simplement heureux de ne plus voir ces vieux ringards et de pouvoir s'éclater avec des jeunes de leur âge. Regardez notre Thomas: son père l'a emmené à Bristol le 28 septembre pendant que j'accompagnais Edouard dans son usine Allemande à 50km de Hanovre pour 5 mois de stage! Et bien le soir même de l'arrivée...Tomaso Bello a planté Alain qui est resté seul devant son assiette dans un hôtel! Et oui: l'intégration avec les pubs et la bière c'est vachement plus sympa qu'un dîner avec son père, non?