AU PARADIS DES CHIENS

Publié le par Boutrolle

Forage Bras + Giens avril 06 031

 

C’est là que vadrouille maintenant notre Tom...

 

Notre quatrième enfant (un mâle donc, comme il se doit !), est arrivé pendant l’hiver 1999, un jour de blues où je suis allée sur un coup de tête à la SPA chercher un compagnon pour notre famille (et aussi, avouons-le, une présence pendant un chômage pesant).

 

Guillaume m’avait accompagnée, un peu déçu que je ne choisisse pas un chiot, mais ravi tout de même. Il m’a tout de suite tapé dans l’œil ce grand setter de quatre ans, avec ses beaux yeux bruns. Il était assez maigre, le manque de compagnie le rendant anorexique, mais les dames du refuge m’assurèrent qu’il recouvrerait l’appétit dès qu’il aurait de la compagnie et de l’affection.

 

Je me souviens qu’à son arrivée dans le jardin il s’est précipité vers le hérisson-décrotte-bottes qui est à l’entrée... ça nous avait bien fait rire : un chien de chasse !

 

Je reverrai longtemps la tête de Dom, le soir même, en découvrant « le poilu », comme nous l’avons souvent appelé, en haut des marches de la maison ! Je ne l’avais pas prévenu !

 

Il prit rapidement l’habitude d’aller chercher les enfants à l’école : à 16 heures 30 précises, si par malheur la maîtresse dépassait l’horaire, il sautait le portail et allait gratter à la porte !

Puis raccompagnait la tribu à la maison. Il participait aussi régulièrement à la kermesse même en notre absence !

Quand nos enfants on quitté le primaire, il ne perdit pas cette habitude : tous les gosses l'appelaient par son nom et il se laissait docilement ramener par le collier comme si il ne connaissait pas le chemin (il y avait peut être aussi quelques morceaux de chocolat en prime...). et puis il attendait, assis au milieu de la rue que les siens rentrent du collège ou du lycée.

 

Vadrouilleur, c’est certain, en fait dès que la maison était vide, il filait chercher de la compagnie dans le village, suivant les promeneurs, jusque chez eux parfois. Il a de ce fait largement occupé les périodes d’inaction de la police municipale qui le qualifiait d’errant et même de dangereux (même le facteur l’avait qualifié de « chien vindicatif ») ; Pour ceux qui l’ont connu c’était pour le moins exagéré !

Du coup un de nos élus l’avait nommé « le chien de la République » ! on n’a quand même jamais osé lui mettre un collier tricolore !

 

Son grand bonheur était de nous accompagner en ballade, il était magnifique quand il courait à travers champs, à grandes foulées allongées, la queue dans l’alignement du corps. Et bon chasseur avec ça ! il nous a plusieurs fois levé perdreaux, faisans ou bécasses, il était capable de tenir l’arrêt un temps fou (on pouvait partir, il ne bronchait pas) un jour on a dû le prendre en poids pour le mettre dans la voiture : c’était une statue ! En revanche il ne supportait pas les coups de feu, c’est d’ailleurs pour cela qu’il avait été abandonné.

Le problème c’était les orages, terrorisé, il se transformait en carpette et si on était absent il squattait le premier voisin : aplati au plus profond d’une pièce, tremblant de tous ses membres...

 

Il va nous manquer... le bruit de sa médaille tintant sur son collier, dans le jardin, le comité d’accueil : dès qu’on ouvrait la portière, il nous fourrait sa bonne grosse tête sur les genoux, et même ...ses gaz les soirs d’hiver pendant qu’on regardait un film !

 


décembre 06 024décembre 2007 013décembre 06 034nov.04 Boisseau Aix en Provence 027tom-portrait-034.jpgjanvier à mai 2008 021janvier à mai 2008 037janvier à mai 2008 045

Tom Goldwin 003Forage Bras + Giens avril 06 031Tom 025janvier à mai 2008 036

 

 

Cher vieux (16 ans !) Tom, j’espère que tu es heureux au paradis des chiens, donne bien le bonjour à Hibou, le griffon au cou duquel j’ai appris à marcher, je l’ai beaucoup aimé aussi celui là... tu demeureras toujours dans le cœur de la tribu Font Fouèlo.

Commenter cet article